Web 2.0/Séquence 1. Introduction : Du web 1.0 au Web 3.0

Dans le cadre du Master AIGEME, nous avons l’opportunité d’apprendre les éléments de l’environnement du Web 2.0 et de ses outils. Pour cette raison, je suis en parallèle le Mooc MPSW de la plateforme ECO. Ce Mooc innovant a pour objectif d’explorer les médias sociaux et de mieux connaître les enjeux pédagogiques du Web 2.0 pouvant contribuer à l’amélioration de dispositifs pédagogiques.

Ce sMooc s’articule autour d’échanges et de partages d’expérience. Dans ce cadre, il nous est proposé de diffuser nos réalisations grâce aux outils du Web 2.0.

Après une semaine de mise en route, la deuxième semaine a été consacrée à la conceptualisation de ce qu’est le Web 2.0 et à ses outils de présentation. J’ai ainsi échangé sur le forum avec d’autres participants sur les opportunités qu’offrent les médias sociaux. Le passage du web 1.0, statique et orienté vers la recherche d’information a laissé place à un autre Web basé sur la collaboration et les interactions entre ses utilisateurs. C’est ainsi qu’est né le Web 2.0, avec les réseaux sociaux, les blogs, les systèmes de partage de données, en somme un Web collaboratif. Mais comme le soulignait un participant, même si ce web apporte de nombreuses opportunités, notamment dans un cadre pédagogique, il fait également l’objet de menace notamment en termes de protection des informations et de la vie privée. Diffuser de l’information, oui bien sûr, mais il faut avoir conscience que celle-ci sera sur la toile accessible à tous.

D’autre part, même si on peut facilement définir le web 1.0, dit statique, et le web 2.0 dit collaboratif, la définition du Web 3.0 est en construction et reste donc floue. Certains parlent de Web sémantique. Le schéma accessible ici est notamment une belle illustration.

L’une des questions essentielles à se poser est de savoir pour quelles raisons on utilise Internet. A ce sujet, on peut souligner les travaux de Christine Redecker, Kirsti Ala-Mutka and Yves Punie. Internet est avant tout une source d’information à propos de biens et services, d’éléments liés à la santé, de lectures de journaux et magazines. Seuls 5 % des internautes européens utilisent Internet pour suivre des cours en ligne.

Les médias sociaux prennent également de plus en plus de place dans nos sociétés. C’est une réelle source d’opportunités pour la formation. Le Web permet d’accéder à un large spectre de contenus d’apprentissage, de créer des travaux et d’échanger avec des pairs permettant de faire mûrir la réflexion de chacun. Il permet également de développer des compétences d’apprentissage et pédagogiques. Il doit cependant en parallèle faire l’objet d’une réglementation claire et d’acteurs exerçant un pouvoir de contrôle, comme la CNIL.

Le contexte dans lequel évolue Internet avec l’avènement d’une nouvelle version du Web doit donc faire l’objet d’une réflexion aboutie, notamment lorsque l’on souhaite utiliser ses outils dans des pratiques pédagogiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s