Visioconférence : Le tutorat dans les Moocs

Le cours de Visiocommunication du Master AIGEME a été une bonne expérience pour moi. En effet, le but de ce cours était de comprendre les aspects techniques pratiques d’une visioconférence.

Mettre en place une visioconférence demande une très bonne préparation en amont pour que le succès soit assuré. Le travail qui m’avait été demandé avec mes camarades Marie Cerezo, Bénédicte Macgregor et Cathy Nguyen, était de proposer une visioconférence sur un sujet de notre choix avec au moins un intervenant externe. Après échanges, nous nous sommes intéressés au sujet du tutorat dans les Moocs, sujet débattu depuis quelques années par les experts tels que Jacques Rodet.

Une visioconférence fait appel à un travail d’animation d’une présentation d’un sujet concret devant un public pouvant être à la fois en présentiel et à distance. Cet outil de présentation est très utile et est notamment utilisé à l’Université Sorbonne Nouvelle dans le cas des soutenances de mémoire. Mais elle peut également être judicieuse pour des entretiens de recrutement dans le cas de positions géographiques éloignées, d’entretiens synchrones ou encore d’enseignement. Olivier Poursac, en charge de ce cours avec le concours de Maxime Lejeune, nous a ainsi proposé un cours dispensé à l’Université Sorbonne Nouvelle et pour lequel j’étais situé à Clermont-Ferrand. Cette méthode de conférence a par ailleurs été utilisée pour une conférence sur les Moocs à laquelle j’ai assisté et dont j’avais fait un article.

Une visioconférence fait appel à différentes fonctions : animateur, modérateur de communication par chat, technicien, chargé de communication. En ce qui me concerne, j’ai assumé le rôle d’animateur la visioconférence. Pour proposer une visioconférence, il faut faire un travail de recherche en amont sur le sujet qui sera traité mais également sur les intervenants qui doivent y participer. Dans notre cas, nous avons choisi de faire intervenir Monsieur Jean-Paul Narcy Combes, spécialisé dans les TIC. Après avoir introduit le sujet de la visioconférence et le contexte de celle-ci, j’ai laissé Jean-Paul Narcy Combes développé son exposé, apportant des éléments théoriques (approches socio-constructiviste et émergentiste avant de préciser le rôle de la médiation dans un contexte d’enseignement, ainsi que les dispositifs de tutorat possible dans la construction d’un Mooc. Un élément intéressant développé lors de cette visioconférence est le manque de dialogue entre la recherche, l’enseignement et les institutions.

Pour ma part, j’ai particulièrement apprécié l’idée d’organiser une visioconférence, d’en comprendre les problématiques aussi bien lié à l’avant que pendant et après l’intervention. Même si des rôles ont été définis pour chacun des membres, nous avons travaillé en commun sur l’ensemble du projet en faisant une large recherche exploratoire sur le sujet du tutorat dans les Moocs, d’en articuler les grandes idées qui se dégagent actuellement de ce sujet et d’en préparer un plan cohérent, en accord avec le conférencier. Cela impose de concevoir des documents de travail pour recentrer les axes de travail. Au moment de la visioconférence, nous avons continué à travailler en groupe en échangeant régulièrement avec Marie, suivant l’activité sur le tchat et Bénédicte pour la partie techniques. Au-delà de la préparation en amont pour préparer l’introduction, l’articulation et la conclusion de la visioconférence, il faut palier les aléas du direct, avec ses problèmes techniques et organisationnels, malgré toute l’anticipation imaginée par ailleurs avant. Il faut également avoir une bonne gestion du temps, et auquel cas reprendre l’initiative de la parole pour respecter le cahier des charges. Il faut également bien évidemment prendre des notes pour pouvoir échanger, interagir avec les conférenciers et également avec  le public en présentiel et à distance afin de maintenir une activité et garder le public attentif. Les conférences se finissant très souvent par un jeu de questions/réponses, il faut également préparer cette phase avant de présenter une conclusion globale. Enfin, le rôle d’animateur impose d’avoir de l’assurance dans ses interventions, d’avoir une bonne diction.

Pour moi, cette visioconférence m’a fait développer de réels points fort pour la suite et démontrer/confirmer que je pouvais faire preuve de contrôle de la situation. Ceci implique également de faire preuve de collaboration entre les membres de l’équipe organisatrice.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s