Approche didactique du numérique/Axes de scénarisation

La poursuite de ma réflexion sur la conception d’une formation sur l’ergonomie et la gestion du handicap en entreprise m’a conduit à débuter un travail sur la scénarisation de cette formation.

Je me suis ainsi basé sur l’article de Caroline Brassard et Amaury Daele « Un outil réflexif pour concevoir un scénario pédagogique intégrant les TIC » traitant de 17 dimensions d’un scénario pédagogique. J’ai ainsi pu utiliser ces dernières données pour apporter des éléments supplémentaires à ma réflexion. Le scénario implique de savoir quels moyens et quelles ressources doivent être utilisées dans le dispositif.

1. Conception de l’apprentissage

Selon moi, il faut avant tout définir de façon explicite dans le scénario le rôle des apprenants (assimiler des données, échanger avec leurs pairs…) et l’environnement de travail qui conjuguera plateforme numérique et sessions en présentiel. Cette dimension permettra de faciliter la recherche d’information et la synthèse de contenus.

2. Buts de la formation :

La particularité de cette formation est que son but est de couvrir deux sujets bien larges que sont l’ergonomie et la gestion du handicap en entreprise.

3. Place de l’erreur dans l’apprentissage

Le scénario doit favoriser l’échange d’idées et leur expérimentation dans des contextes réels d’entreprise souhaitant développer une démarche ergonomique et de gestion du handicap.

4. Flexibilité de l’apprentissage

La formation sera suivie en grande partie à distance pour répondre aux contraintes de personnes travaillant en entreprise et ne pouvant mener une formation que de façon asynchrone, sur une plateforme virtuelle.

5. Le rôle du formateur

Le formateur devra être dans un rôle d’accompagnant de l’acquisition des compétences par les apprenants. Les apprenants ont des connaissances de leur contexte mais peuvent en revanche échanger et cela sera le rôle du formateur de conjuguer réflexion des apprenants entre eux et données indispensables à connaître.

6. Les sources de motivation

Le scénario doit être centré sur les projets professionnels de chacun des apprenants.

7. Différenciation individuelles des activités

Les activités doivent être différenciées en fonction des activités professionnelles de chaque apprenant afin d’adapter au mieux les connaissances qu’ils pourront acquérir en situation concrète de travail.

8. Absences de différences culturelles

L’ergonomie dépend largement d’un contexte réglementaire et de comportements sociétaux. Il ne serait donc pas envisageables de discuter de différences avec des cultures étrangères, même certaines données peuvent être utilisées à titre comparatif.

9. Une vraie communauté de pratique

L’ergonomie est centrée sur le partage d’expérience avec d’autres ergonomes. L’intégration d’une communauté de pratique semble indispensable. C’est également le cas pour ce qui traite de la gestion du handicap en entreprise.

10. Des tâches multidimensionnelles

L’ergonomie demande de maîtriser des compétences dans de multiples domaines (économiques, médicaux, réglementaires…). Les activités à proposer doivent donc être proches de la réalité. Il est également évident que la gestion du handicap doit être analysée à partir de situation réelles.

11. La conception des activités

L’élaboration des connaissances doit s’appuyer sur différents outils techniques propres à l’ergonomie.

12. Les types d’activités

Les activités doivent être collaboratives.

13. L’évaluation des apprenants

L’évaluation doit être relativement cadrée concernant l’ergonomie et doit donc faire l’objet d’examens écrits classique. En revanche, la gestion du handicap peut laisser place, par exemple, à de l’évaluation par les pairs.

14. Contrôle du formateur

Le scénario ne peut être contrôlé par l’apprenant étant donnée la nature de formation qui est assez technique et complexe.

15, La métacognition :

Des outils de réflexion doivent être mis en place sur les objectifs professionnels de chacun.

16. Une gestion des connaissances :

Les apprenants doivent être considérés comme appartenant à une communauté d’apprentissage qui peut partager différentes bonnes pratiques.

17. L’évaluation constante du scénario

Le formateur doit en permanence anticiper des changements dans les scénarios qui étaient prévus au départ.

Ces dimensions ne sont pas exhaustives et doivent donc être encore un peu plus explorées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s